Joli goûter

La galette des rois, du gâteau antique à un produit industriel

Le gâteau des Rois Greuze La galette des Rois est un gâteau célébrant l’Épiphanie, une fête chrétienne commémorant la visite du Christ par les Rois mages. En France, la galette des Rois existe sous plusieurs formes, mais la plus courante est une galette de pâte feuilletée, dorée au four, fourrée avec diverses préparations (frangipane, fruits, crèmes, chocolat…). Elle est qualifiée de « parisienne ». Dans le Sud de la France, c’est une brioche en forme de couronne. Dans l’Ouest, on trouve des galettes à base de pâte sablée. Le gâteau des Rois, lui, est une brioche aux fruits confits.

Une tradition romaine

Lors des Saturnales – fêtes romaines ayant lieu de la fin du mois de décembre au début de janvier -, les Romains désignaient un esclave comme « roi d’un jour ». Au cours du banquet familial, les Romains utilisaient la fève d’un gâteau comme « bulletin de vote » pour élire le Maître des Saturnales. Le « roi d’un jour » avait le pouvoir d’exaucer tous ses désirs pendant la journée, comme donner des ordres à son maître. Le plus jeune se plaçait sous la table et nommait le bénéficiaire de la part qui était désignée par la personne chargée du service (d’où l’expression « tirer les rois »).

La fête des Rois sous l’Ancien Régime

Le jour de la fête des Rois, on raconte que le futur Louis II de Bourbon faisait roi un enfant de huit ans, le plus pauvre que l’on trouve dans toute la ville. Il le revêtait d’habits royaux et lui donnait ses propres officiers pour le servir. Il lui donnait également quarante livres. On remettait aussi cent francs à ses parents pour que leur enfant aille à l’école.
A la table de Louis XIV, on tirait toujours les rois. La galette des rois telle qu’on la connaît (pâte feuilletée plus crème frangipane) apparut au XVIIe siècle, Anne d’Autriche et son jeune fils Louis XIV en partagèrent une la veille de l’épiphanie de 1650. La galette était partagée en autant de parts que de convives, plus une. Cette dernière, appelée « part du Bon Dieu », « part de la Vierge » ou « part du pauvre » était réservée au premier pauvre qui se présenterait.
C’est à la fin du XVIIIe siècle que des fèves en porcelaine apparurent, représentant l’enfant Jésus. Quand vint la Révolution, Manuel, du haut de la tribune de la Convention, tenta sans succès d’obtenir l’interdiction du gâteau des Rois. Son nom fut du coup remplacé par gâteau de l’égalité, plus politiquement correct. La fève de l’enfant Jésus fut remplacée par un bonnet phrygien (la Révolution étant anti-cléricale). Peu après, un arrêté de la Commune changea le jour des Rois en « Jour des sans-culottes », ce qui fit disparaître le gâteau des Rois, mais cela ne fut que temporaire car il reparut bientôt sur toutes les tables dès que la conjoncture politique le permit.

galette des rois chocolat pierre hermé La galette des rois dans le monde et aujourd’hui

Les émigrants français apportèrent la galette des rois dans le Nouveau Monde.  Ainsi, à la Nouvelle-Orléans, il est de coutume de la consommer lors du Mardi Gras. La galette consiste en une espèce de brioche au glaçage aux couleurs violette, verte et or, quelquefois fourrée de fromage à la crème et de pralines.
La tradition du gâteau des rois existe dans plusieurs pays du monde, sous différentes recettes : la driekoningentaart en Belgique néerlandophone, le tortell en Catalogne, le roscón en Espagne, le king cake au Sud des États-Unis, le bolo rei au Portugal, la rosca au Mexique, la vassilopita en Grèce…

De nos jours, la galette des rois est devenu un produit de grande consommation : selon le célèbre boulanger Jean-Luc Poujauran, 80 % des galettes des rois vendues à Paris sont des produits industriels, fabriqués en usine et congelés, que les boulangers/pâtissiers se contentent de réchauffer (source). Elles ne seraient pas différentes des galettes de supermarchés… C’est un des secrets les mieux gardés. Méfiance donc. Si vous souhaitez déguster une vraie galette artisanale et maison, la meilleure solution est peut-être encore de la faire vous-même. Voici une recette de galette de Pierre Hermé. Et pour les moins courageux, un guide des meilleures galettes des rois 2013 à Paris (Ladurée, Dalloyau, Lenôtre, Café Pouchkine, Christophe Roussel, Stéphane Louvard, etc.).

Pour tout savoir sur l’histoire de la fève des rois, lisez mon article Une petite histoire de la fève des rois

Images :

Le gâteau des rois, Jean-Baptiste Greuze, 1774
Galette au chocolat Royal Monceau de Pierre Hermé 

Article mis à jour le 5/01/2016

Partager l'article :

Vous aimerez peut-être :

Le thé Original de Marie-Antoinette et les thés aromatisés de Nina's Paris
La tendance Pancakes : où manger de bons pancakes à Paris ?
Boulangerie : comment reconnaître une viennoiserie artisanale et fait-maison ?

Tags: , , , , , , , , ,

Copyright © 2009 Joli goûter. All rights reserved.
Designed by Theme Junkie. Powered by WordPress.
I use true Google 404 Copy Protected by Chetans WP-Copyprotect.