Quelle machine à café pour un bon espresso : capsules ou cafetière automatique ?

Il existe sur le marché trois types de machines à espresso grand public : la machine à capsules ou à dosettes, la machine à espresso à filtre amovible (type machine de bar) et la machine à espresso automatique avec moulin intégré. Quel type de machine privilégier pour faire un bon café ?

1. La machine à capsules ou dosettes

La machine à dosettes ou à capsules est un marché (captif) très lucratif. Le café de ces dosettes est en effet vendu en moyenne à 40€ à 60€ le kilo, contre 18€ à 25€ le kilo pour le café en grains ou moulu. La machine à dosettes présente d’autres inconvénients :
– le café est moulu et a donc perdu une bonne partie de ses arômes
–  il n’offre pas le plaisir des arômes dégagés durant la mouture
– le choix du café est limité (ex : café bio, etc.)
– le coût unitaire de la tasse est très élevé
– l’impact écologique est très important
Ce type d’appareils est donc plutôt réservé aux non amateurs et non puristes du café, qui ne consomment pas beaucoup de tasses, et qui disposent de peu de temps pour faire leur café, tout en étant peu regardants sur sa qualité. (contrairement à la célèbre pub avec George Clooney, on n’est pas dans du café haut-de-gamme, sauf au niveau des prix…).

Les connaisseurs et passionnés de café auront donc tendance à privilégier les machines suivantes :

2. La machine à expresso à filtre amovible

Elle coûte généralement entre 70€ et 300€ suivant les marques et les modèles et élimine l’ensemble des inconvénients des machines à dosettes. Il vous faudra cependant acquérir un moulin à café (coût : environ 80 à 150€).

3. La machine à espresso automatique avec moulin intégré

C’est la crème de la crème des machines à café pour particuliers. La cafetière automatique permet de faire du café haut-de-gamme et cumule tous les avantages :
– le choix du café
– la conservation des arômes
– un coût à la tasse inférieur à celui des machines à capsules (l’expresso coûte environ 0,13 €)
– le choix de réglages multiples (température de l’eau, choix de la mouture, choix du tassement de la galette, etc.)
L’investissement assez élevé de ces machines est compensé par un coût de revient à la tasse deux à trois inférieur à celui d’un expresso en dosettes. Pour en savoir plus sur les machines à espresso avec broyeur à grains, consultez ce guide d’achat (indépendant).

Comparatif du coût à l’usage de ces machines

Prenons une machine à dosettes à 150€. Si vous consommez 4 espresso par jour, soit 1460 espresso par an, le coût annuel est de 0,30€  x 1460 = 438€ par an. Coût total machine + dosettes :  588€ la première année. Une machine automatique avec broyeur coûte environ 550€. Dans les mêmes conditions, vous dépensez 0,13€ x 1460 = 190€ par an. Coût total machine + café : 740€ la première année
Soit une différence de 248€ entre les deux machines la première année. Il faut donc environ 19 mois de consommation à raison de 4 tasses/jour pour amortir la différence de prix entre les deux types de machines. Si votre consommation est plus élevée, l’amortissement se fera plus vite, si votre consommation est plus faible, l’amortissement se fera moins vite. Sur le long terme, la machine à capsules est perdante et moins avantageuse, aussi bien au niveau du coût qu’au niveau du goût.

Certes, la simplicité d’usage vantée par les systèmes de machines à dosettes et leur « modeste » coût à l’achat (par rapport aux autres machines) sont très tentants. Mais en faisant les calculs, on se rend compte que ce système n’est pas si économique que ça. Le faible montant à l’achat des machines à dosettes se paye très cher sur une période courte. Accessoirement, le tarif plus élevé des machines à expresso libres est justifié par la qualité des éléments utilisés, issue de l’expérience de ces marques sur le segment professionnel.

Acheter du café en grains fraîchement et bien torréfié

Pour moi, le plus gros avantage des machines à café expresso automatiques, c’est la possibilité d’acheter du bon café, de qualité, cultivé par des passionnés. Vous n’êtes pas prisonnier d’une marque. Vous pouvez tester des cafés rares ou des grands crus, dans des boutiques spécialisées ou en ligne. Évitez le café de grande distribution basique (souvent proche du 100% robusta ou du café italien brûlé). La torréfaction régulièrement noire, huileuse ou brûlée est à proscrire, elle est généralement signe de cafés verts de basse qualité et refroidis avec du sucre. Choisissez plutôt du café en grain de qualité avec une torréfaction robe de moine permettant d’extraire le maximum d’arômes de chaque origine. Et préparez-le avec amour. A l’inverse des machines à dosettes, les cafetières automatiques permettent un moment unique, celui de la mouture. Prélude à la dégustation, vos sens se mettent en éveil à l’idée de savourer votre café : couleurs, odeurs, saveurs… le café se fait envoûtant. D’ailleurs, lors de son introduction en Italie sous l’Ancien Régime, on trouvait le café si délicieux que des religieux proposèrent de l’excommunier car il ne pouvait être qu’une boisson du diable… et de le baptiser pour en faire un breuvage chrétien !

 

(Article en partenariat avec Café Privilège)

Partager l'article :

Auteur de l’article : L'auteur

Je suis Lova. J'ai créé Joli Goûter en 2012 parce que j'adore le thé, le tea time et tout ce qui se rapporte à la gourmandise (pâtisserie, cake design, bonne cuisine). J'aime découvrir de nouvelles adresses et les partager. J'apprécie tout ce qui flatte aussi bien les papilles que les pupilles ! Ainsi que l'art de vivre qui y correspond.